Loi de santé

Les infirmiers voudraient vacciner davantage... et empêcher les pharmaciens de le faire !

Publié le 12/02/2015

Crédit photo : BURGER/PHANIE

Pas question d’ouvrir la vaccination anti-grippe aux pharmaciens d’officine ! Cette fois, ce sont les infirmiers qui le disent. Près de 89% d’entre eux seraient en effet hostiles à cette perspective inscrite dans la future loi de santé de Marisol Touraine, si l’on en croit une enquête rendue publique jeudi par l’ordre des infirmiers. Si ces derniers ne veulent pas de cette évolution, ce n’est pas parce qu’ils militent pour le statu quo, mais parce qu’ils se verraient bien intervenir eux-mêmes davantage. 70% de ceux qui sont opposés à l’intervention du pharmacien sur la vaccination anti-grippe réclament aussi une extension des compétences vaccinales de l’infirmier (aujourd’hui limitées à la vaccination anti-grippe en deuxième intention).

Sur le projet de loi de santé du gouvernement qui fait tant rager les médecins libéraux, les infirmiers se disent dans leur majorité soit indifférents (32%), soit opposés (45%). Mais certaines dispositions leur plaisent mieux que d’autres. Ainsi de la création prévue des infirmiers cliniciens approuvée par 63% d’entre eux. De même, 58% sont favorables à la possibilité pour eux de prescrire des substituts nicotiniques. Quant au tiers payant généralisé, ils apparaissent beaucoup plus partagés que les médecins généralistes : 47% sont pour, 43% contre et 10% ne se prononcent pas.

D’une manière générale, 95% infirmiers sur dix estiment que la réforme en cours de discussion devrait faire plus de place à l’infirmier dans la prise en charge des soins primaires. A 90% ils réclament un élargissement du droit de prescription des infirmiers. Et à 71%, ils demandent un élargissement de leurs possibilités de vaccination sans prescription préalable du médecin.

Enquête réalisée en ligne auprès des infirmiers inscrits à l’Ordre : 12 125 réponses du 30 janvier au 9 février

Source : legeneraliste.fr