Campagne

Les hôpitaux veulent séduire les jeunes médecins

Publié le 03/11/2011
Face à la pénurie de praticiens dans le milieu hospitalier, la Fédération Hospitalière de France part à l’assaut. Et lance une campagne de recrutement auprès des jeunes plutôt convaincante. 10 000 postes sont à pourvoir…

« Futurs médecins, laissez vous guider par l’intérêt, choisissez l’hôpital public ! » La Fédération Hospitalière de France (FHF) a choisi de jouer sur l’ambiguïté du mot intérêt pour expliquer mais surtout convaincre les futurs médecins de rejoindre la « noble cause du service public », pour reprendre l’expression du Président de la FHF, Frédéric Valletoux. Pour faire face à cette pénurie, la FHF qui repésente tous les hôpitaux de France du plus petit au CHU sort l’artillerie lourde. Un site Internet, de nombreux témoignages vantant les atouts d’une carrière dans le milieu hospitalier, une websérie humoristique mettant en scène deux générations de médecins, un quizz pour mesurer les connaissances sur l’hôpital et ses possibilités de carrière, sans oublier une page Facebook…

La FHF veut séduire. « Les hôpitaux doivent en effet faire face à de grosses difficultés de recrutement de médecins. 61% des praticiens exerçant en hôpital public sont des praticiens hospitaliers, mais il est vrai que parmi les 40 000 postes, il y a 20% de postes vacants, c’est donc un taux de vacance important », explique Frédéric Valletoux, Président de la FHF.

L’enjeu de la campagne est donc de faire connaître le métier de médecin hospitalier « relativement méconnu », explique Gérard Vincent, Délégué général de la FHF. « Il faut montrer que ce métier est riche. Il existe une vraie diversité du travail. Vous pouvez travailler en milieu pénitencier, participer à l’élaboration de nouveaux protocoles, et à des expertises judiciaires. Il y a aussi des projets de coopération internationale. La recherche clinique existe aussi en hôpital général et pas seulement en CHU. L’hôpital permet aux médecins de construire des projets ».

L’objectif de la FHF est clair : promouvoir une image positive auprès d’une population jeune et attirée par le privé notamment en raison de salaires plus élevés. Un point sur lequel la FHF souhaite rassurer les futurs médecins. « L’écart de rémunération entre le public et le privé n’est pas si important quand on lisse sur l’ensemble d’une carrière », explique Gérard Vincent.

Et, comme le manque de transparence sur les offres possibles au sein des hôpitaux est souvent pointé du doigt par les internes, la FHF n’a rien laissé au hasard. Désormais pour y remédier, les offres d’emplois seront consultables sur le site portail www.fhf.fr. A vos souris, prêts, cliquez !

Caroline Laires-Tavares

Source : legeneraliste.fr