Les hommes gros sont moins fertiles

Publié le 04/07/2011

Chez la femme, il est de notoriété publique que la maigreur ou l’obésité occasionnent des troubles de l’ovulation compromettant la fertilité. Jusqu’à présent, on savait peu de choses en ce qui concerne l’impact des anomalies de poids de l’homme sur la qualité du sperme. Une grande étude menée par le laboratoire d’Eylau–Unilabs et présentée à l’occasion du congrès de l’European Society of Human Reproduction (ESHRE) conclut que « plus le patient est en surpoids, plus la qualité de son sperme diminue ». Le travail sur près de 2000 hommes a évalué l’association entre l’indice de masse corporelle et la qualité du sperme. La concentration et la numération totale de spermatozoïdes baissent avec l’augmentation du poids et la diminution est plus importante chez les obèses ayant un IMC supérieur à 30 (kg/m2). La concentration du sperme diminue de 10 % lorsqu’un homme évolue du poids normal au surpoids et elle rétrograde de 20 % en passant du poids normal en stade obèse (IMC ›30). Qualitativement, la mobilité des spermatozoïdes diminue de 10 % pour un IMC › 30 (patient obèse) par rapport à un patient de poids normal (IMC 18 à 25). Cette tendance négative pour les patients en surpoids et obèses s’aggrave avec l’âge. Ces altérations peuvent être dues à des perturbations endocriniennes car un indice de masse corporel élevé est associé à une réduction du taux de testostérone.

Source : Belloc S, de Mouzon J, Cohen-Bacrie M et al. Impact of Body Mass Index on sperm production : a study of 1940 patients. Etude non encore publiée mais présentée le 4 juillet au congrès de l’European Society of Human Reproduction à Stockholm.

Source : legeneraliste.fr