Urologie

Les hommes attendent trop pour parler de leurs troubles urinaires  Abonné

Publié le 23/03/2012
Une étude européenne sur les troubles urinaires chez l'homme a prouvé que ceux-ci retardaient de 23 mois le moment d'en parler avec leur médecin, repoussant d'autant la prise en charge.

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

L'étude « The BPH (Benign Prostatic Hyperplasia) survey : a male perspective » a été menée à l'été 2011, chez 1 161 hommes de plus de 50 ans en France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni, à l’initiative des laboratoires GSK. Elle montre que les hommes sont réticents à parler de leurs troubles urinaires avec leur médecin, attendant en moyenne deux ans pour ce faire. Les patients croient en effet que ces symptômes urinaires sont inéluctables avec le vieillissement.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte