Insécurité

Les généralistes sont les premières victimes d’agressions.

Publié le 25/03/2009
538 agressions de médecins ont été recensées l’an passé par l’Ordre. Dans le rapport 2008 de l’Observatoire sur la sécurité des médecins, le Conseil national s’inquiète de la banalisation des actes de violence à l’encontre des praticiens et dévoile sa nouvelle politique de lutte contre l’insécurité.

Crédit photo : ©GARO/PHANIE

Hasard malheureux du calendrier. Alors qu’un généraliste de Haute-Sâone vient de faire l’objet d’une sérieuse agression, ce début de semaine (voir article ci-dessous), l’Ordre des médecins, vient de rendre public les résultats 2008 du rapport Ipsos sur l’Observatoire de la sécurité des médecins. Première information, ce sont les généralistes qui sont le plus souvent victimes d’agressions. En effet, alors qu’ils représentent 51% du total des médecins en France, ils sont, en 2008, à l’origine de 62% des déclarations faites à l’Observatoire. Dans le même temps, 35% des incidents concernent les 49% du corps médical que représentent les spécialistes.

Ces agressions quelles sont-elles ? Verbales dans 29% des cas. Suivies par le vol et le hold-up qui comptent pour 19% des déclarations. Quant à leur motif, elles sont déclenchées soit par « une attente jugée trop longue » (9%), soit par un refus de prescription (8%). Le vol ou la tentative de vol, représentent 7% des déclarations.

Mais ce qui inquiète le plus le conseil de l’Ordre, c’est que dans un quart des déclarations (26%), les médecins notent que l’agression est intervenue sans motif. Ce qui tendrait « à indiquer une banalisation de la violence à l’encontre des médecins », soulignait ainsi le Dr François Guyonnard, en présentant l’étude de l’Observatoire.

Le Cnom entend bien réagir face à l’apparition de ce nouveau phénomène. En trois étapes successives. D’abord, une politique volontariste en direction de l’ensemble du corps médical, tout mode d’exercice confondu. L’union faisant la force, l’Observatoire de l’institution ordinale vient ainsi de se rapprocher de celui recensant les violences hospitalières. Ensuite, l’Ordre, via ses conseils départementaux organisera des réunions de sensibilisations locales entre praticiens et représentants des services de police, de gendarmerie et de la Chancellerie pour faire passer le message. Enfin, l’institution ordinale ouvrira la possibilité pour les médecins victimes d’agression de les déclarer directement sur son site internet, qui sera ainsi, mieux à même d’assurer le suivi du dossier. Date prévue de mise en ligne : janvier 2010.

François Petty

Le Dr Alain Studer roué de coups à St Loup-sur-Semouse

MG France a apporté mardi dans un communiqué « son total soutien » au Dr Alain Studer, président de MG 70 et de RégulG (Fédération Française des Associations de Régulations Généralistes). Ce généraliste, qui exerce à Saint-Loup-Sur-Semouse dans la Haute-Saône, a été agressé à la fin de sa consultation le soir du vendredi 20 mars, alors qu'il regagnait sa voiture. Il a été roué de coups et menacé de mort par deux malfaiteurs cagoulés.

Très choqué, ce confrère a dû interrompre son activité professionnelle. « Ce triste événement vient rappeler la dangerosité du métier de médecine généraliste, a fait savoir MG France. Il fait suite à d'autres agressions de confrères dans l'exercice de leur métier qui rendent encore plus difficile l'exercice quotidien. » Le syndicat appelle à des mesures immédiates pour garantir la « sécurité au quotidien des médecins généralistes ».


Source : legeneraliste.fr