Un film, un médecin

Les Fraises sauvages

Publié le 27/07/2012

Réalisation

Ingmar Bergman

Année de réalisation

1957

Titre original

Smultronstället

Scénario

Ingmar Bergman

Durée

Noir et blanc, 91 minutes

L’histoire

A la veille d"être honoré pour sa longue carrière médicale, le Pr Isak Borg fait un rêve étrange où il est confronté à sa propre mort. Le lendemain, il décide de partir en voiture à l'université de Lund en compagnie de Marianne, sa belle-fille. Durant le trajet, il repense à sa vie gâchée par l'égoïsme et la mesquinerie. Il revoit sa jeunesse avec « le coin des fraises sauvages » où l'entraînait sa cousine. Puis il évoque ses souvenirs de sa vie de médecin de campagne...

Distribution

Victor Sjöström (Isak Borg)

Bibi Andersson (Sara)

Ingrid Thulin (Marianne)

Gunnar Björnstrand (Evald)

Folke Sundquist (Anders)

Björn Bjelvenstam (Viktor)

Woody Allen parlant des « Fraises sauvages »

« L'horloge sans aiguilles, les chevaux qui tirent le char funèbre et qui soudain se figent, le soleil aveuglant et le visage du vieil homme tandis que son squelette le place dans le cercueil. Qui peut oublier de telles images ? »

Le thème de la «montre cassée »

Symbole de la course contre le temps, les « montres cassées » sont apparues plusieurs fois à l’écran, et chez les plus grands. Ainsi, Charlot – alias Charlie Chaplin » ausculte un réveil avec un stéthoscope ou tire de son gousset un emontre qui tombe vers le haut... Des montres cassées, on en trouve aussi dans « Le Criminel » d’Orson Welles ou dans « Paris qui dort » de René Clair, dans les films d’Antonioni et de Méliès. Un thème cher à la littérature aussi, de Carson McCullers dont le héros, Malone, obsédé par la mort est poursuivi par une montre sans aiguilles à Georges Perec dont on se souvient de l’horloge arrêtée sous son globe de verre dans « La Vie, mode d’emploi » en passant par José Luis Borges et Agatha Christie.


Source : legeneraliste.fr