Perturbateurs endocriniens

Les doses journalières admissibles le sont-elles vraiment ?  Abonné

Publié le 05/12/2014

Alors que les études populationnelles renforcent les suspicions pesant sur de nombreux polluants, plusieurs travaux relancent le débat sur les doses journalières acceptables (DAJ) en théorie sans effet sur l'homme, et éclairent d'un jour nouveau les mécanismes d'action, multiples, des polluants. Pour les perturbateurs endocriniens, par exemple, plusieurs études pointent des toxicités s'exprimant pour des doses bien inférieures à celles réputées toxiques. Un premier travail étudiant l'impact d'une DAJ de bisphénol A sur la souris met en évidence un effet sur le comportement sexuel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte