Les derniers des Mohicans  Abonné

Publié le 04/06/2010

La disparition des cabinets libéraux de médecine générale des zones rurales (9 % des nouveaux diplômés choisissent l’exercice libéral) est une problématique « galiléenne » (référence à ceux qui prennent leurs désirs pour des réalités). On peut la refuser, la combattre, l’ignorer. Elle se fera. Pourquoi ? « Parce que c’est comme ça » semble la meilleure réponse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte