Les dérivés de l’ergot de seigle amenés à disparaître  Abonné

Publié le 04/10/2013

21 médicaments à base de derivés de l’ergot de seigle (dihydroergotamine, dihydroergocristine, dihydroergocryptine-cafeine, nicergoline) ne doivent plus être prescrits dans leurs indications, indique l’ANSM. Les patients concernés sont invités à consulter leur médecin, sans urgence, pour envisager un nouveau traitement.En effet, suite à la survenue de cas graves de fibrose et d’ergotisme avec certains dérivés de l’ergot de seigle, une évaluation a été menée par l’Agence européenne du médicament (EMEA).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte