Les députés rouvrent jeudi le dossier de la recherche sur l’embryon

Publié le 26/03/2013

Deux ans après l’adoption de la loi de bioéthique qui avait maintenu le principe de l’interdiction avec dérogations, l'Assemblée rouvre jeudi le dossier de la recherche sur l’embryon conformément aux promesses de campagne de François Hollande. Les députés vont en effet se pencher jeudi sur une proposition de loi des radicaux de gauche qui autorise de manière encadrée la recherche sur les embryons et les cellules souches. Le texte, qui a l'appui du gouvernement, a été déjà adopté au Sénat début décembre. Les ténors santé du PS ont eux aussi pris fait et cause pour ce nouveau régime. «Il est grand temps de franchir un pas supplémentaire et de passer à un régime d'autorisation», fait valoir le Professeur Jean-Louis Touraine. «Ce texte est très attendu des chercheurs, du public comme du privé», estime de son côté la pharmacienne Catherine Lemorton, présidente de la commission des Affaires sociales. La proposition de loi autorise la recherche à quatre conditions: le projet doit être scientifiquement pertinent, avoir une finalité médicale, ne pouvoir être conduit qu'avec des embryons humains et enfin respecter des garanties éthiques. L'Agence de biomédecine continuera d'opérer le contrôle. Le député UMP, Jean Leonetti, ancien rapporteur de la loi bioéthique, a mis en garde: «Attention à ne pas céder au moins disant éthique au nom du mieux disant scientifique et de la performance!. Ce n'est pas parce que certaines pratiques ont cours dans certains pays qu'on doit les autoriser chez nous.» Si les critiques du projet, l’Eglise n’est pas en reste. Dans un entretien à Radio Notre-Dame, Mgr Vingt-Trois relevait samedi que «quand on donne libre cours à toutes sortes de recherches sur l'embryon, cela veut dire que l'on considère que l'embryon n'est rien et que c'est un matériau de laboratoire». A l’Assemblée, le vote du texte devrait avoir lieu le 2 avril.


Source : legeneraliste.fr