Les dentistes s’entendent avec la Sécu, mais pas avec les complémentaires

Publié le 13/04/2012

Syndicats de dentistes et assurance maladie se sont entendus jeudi sur un accord de principe pour plafonner les tarifs des prothèses, lors d'une ultime séance de négociations sur les soins dentaires. L'enjeu principal de ces négociations était de parvenir à un plafonnement des tarifs des prothèses et de l'orthodontie pour les 3,5 millions de personnes éligibles à l'Aide à la complémentaire santé (ACS), qui ont des revenus modestes mais trop élevés pour avoir accès à la couverture maladie universelle (CMU). L'UNCAM (Union nationale des caisses d'assurance maladie), la FSDL (fédération des syndicats dentaires libéraux) et la confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD, majoritaire) sont «tombées d'accord pour garantir l'accès aux soins des personnes à faibles revenus en mettant en place des plafonnements d'honoraires», a expliqué à l'Agence France Presse le directeur général de l'assurance maladie Frédéric Van Roekeghem. En échange, les tarifs des soins conservateurs (plombage, dévitalisation, détartrage, etc) et la chirurgie seraient augmentés, comme le demandent les dentistes.

Il faut néanmoins prendre cet accord au conditionnel, puisque, comme le précisait le patron de l’Uncam, ce dispositif «ne sera efficace que si les contrats des complémentaires» couvrent mieux les prothèses. Le problème c’est que l’accord s’est fait sans la participation des complémentaires, ce qui compromet son application. L'Unocam (Union des complémentaires) a en effet annoncé qu'elle refusait de s'y engager, souhaitant attendre des discussions avec le ministère de la Santé sur la labellisation des contrats ACS.


Source : legeneraliste.fr