Imagerie

Les anomalies de la dépression vue à l’IRM  Abonné

Publié le 25/03/2011
L’IRM permet de visualiser des anomalies fonctionnelles, mais aussi structurales du cerveau chez les patients dépressifs, notamment les non répondeurs aux traitements. Une présentation du Dr Jean Luc Martinot au congrès de l’Association européenne de psychiatrie.

Grâce à l’IRM, on peut apprécier les effets de la dépression sur le fonctionnement et la structure du cerveau au cours et au décours de la maladie. “On sait ainsi depuis quelques années qu’il existe dans la dépression une diminution des capacités d’activation des régions antérieures du cerveau, frontales notamment, c’est-à-dire celles qui interviennent dans le contrôle des informations” explique le Dr Jean-Luc Martinot (Service Frédéric Joliot à Orsay et Maison de Solenn à Paris).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte