Recos, ROSP, parcours de soins…

Les ambitions d’Agnès Buzyn Abonné

Publié le 16/09/2016
Les ambitions d’Agnès Buzyn

A.BUZYN
VOISIN/PHANIE

Six mois à peine après sa nomination, la présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé opère une révolution en mettant le cap sur la médecine générale. Si l’hôpital et le médicament restent une préoccupation constante de cette institution, dans un entretien accordé au « Généraliste », elle affiche haut et fort sa volonté d’améliorer la sécurité et la qualité des soins de ville. Recos mieux adaptées à la pratique, critères de ROSP pertinents, informations sur le médicament ciblées sur le généraliste, indépendance des experts…  Tous les outils de la HAS seront mis à la disposition de cette ambition.

Le Généraliste : Que représentait la HAS pour vous avant d’en prendre la présidence du Collège et quelles ont été vos motivations pour accepter ce poste ? Pr Agnès Buzyn. Pour moi, la Haute Autorité de santé, c’est l’institution qui donne le « la », qui établit les règles de l’art de la pratique médicale sur la base de fondements scientifiques avec pour objectif ultime d’améliorer la qualité des soins dispensés aux patients. C’est une autorité à caractère scientifique et c’est la seule institution dans le champ de la santé à avoir cette caractéristique. Avec bonheur, je…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte