Insuffisance cardiaque

L'éplérénone efficace dans les stades légers  Abonné

Publié le 26/11/2010
L'adjonction de l'éplérénone au traitement usuel de l'insuffisance cardiaque légère réduit de 37 % les décès cardio-vasculaires et les hospitalisations pour aggravation de l'insuffisance cardiaque et de plus d'un quart l'incidence des décès et hospitalisations de toute cause.

Les antagonistes de l'aldostérone – spironolactone ou éplérénone, plus sélectif et plus récent – ont prouvé qu'ils amélioraient la survie chez les insuffisants cardiaques avec une FEVG basse et des symptômes modérés à sévères (classe III à IV de la NYHA). Leur efficacité a aussi été mise en évidence dans l'insuffisance cardiaque survenant précocement après un IDM, mais on n'avait pas encore fait la preuve de leur impact dans l'insuffisance cardiaque (IC) légère.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte