L’endartériectomie, premier traitement curatif  Abonné

Publié le 01/04/2011

Malgré de réels progrès, l’HTAP garde un pronostic sombre avec un taux de survie à 3 ans proche de 75 %. À ce jour, aucun traitement médicamenteux curatif n’est disponible et si la transplantation cœur- poumon permet de supprimer l’hypertension pulmonaire, « elle se complique souvent de bronchiolite oblitérante et constitue plus une solution palliative qu’un traitement curatif », estime le Pr Philippe Dartevelle (hôpital Marie-Lannelongue, Créteil). L’endartériectomie pulmonaire autorise, en revanche, de véritables guérisons.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte