Un film, un médecin

Le Viager

Publié le 01/05/2013

Réalisateur

Pierre Tchernia

Année de réalisation

1972

Scénario

Pierre Tchernia et René Goscinny

Production

Les Films Dargaud, Les Artistes Associés (United Artists)

Musique

Gérard Calvi

Format et durée

Couleurs – 35 mm – 98 minutes

En DVD

Disponible en séparé chez Citel ou en coffret chez Studio Canal avec « Les Gaspards » et « La Gueule de l’autre »

Voir un extrait

Distribution

Michel Serrault (Louis Martinet, de 59 à... 99 ans)

Michel Galabru (le Dr Léon Galipeau)

Rosy Varte (Elvire Galipeau)

Jean-Pierre Darras (Emile Galipeau)

Claude Brasseur (Noël Galipeau)

Yves Robert (le capitaine de corvette Bucigny-Dumaine)

Jean Carmet (Maître Vierzon, l'avocat de Noël)

... Et aussi Noël Roquevert, Jean Richard, Gérard Depardieu, Jacques Bodoin, Paul Préboist...

L’histoire

En 1930 à Paris, Léon Galipeau, médecin généraliste à la compétence discutable, ausculte Louis Martinet, célibataire de 59 ans. Persuadé que son patient n'a que deux ans tout au plus à vivre, Galipeau convainc son frère Émile d'acquérir en viager la maison de campagne que possède Martinet dans un petit village de pêcheurs inconnu : Saint-Tropez. Confiants dans leur affaire, les deux frères acceptent même d'indexer la rente viagère sur l’aluminium. Mais la santé de Martinet est de plus en plus florissante sous le soleil provençal et les cours de l’aluminium s’envolent. Comment éliminer l’encombrant Louis Martinet, c’est désormais le souci permanent de la famille Galipeau

Autour du film

- Outre le rôle de Martinet, Michel Serrault apparaît aussi dans le film en général nazi déguisé en portier d'hôtel, en général nazi non déguisé, en parachutiste allemand déguisé en bonne sœur, en Allemand infiltré dans une sine d'armement, en Allemand infiltré comme instituteur, en Allemand infiltré dans l'État-Major français...

- C’est le dernier film tourné par Noël Roquevert, décédé un an plus tard, en 1973.

-Michel Serrault a demandé à Pierre Tchernia de porter un faux nez pour interpréter le personnage de Louis Martinet.

- Quand on veut montrer que l'officier de marine a commis « une petite erreur », on lui montre un journal avec un navire en train de couler. Il s'agit en réalité de La Bourrasque, coulée lors de la débâcle de Dunkerque.

- Le générique précise que la scène de l'explication du viager par des dessins enfantins est signée « du petit Gotlib »

- Le film connut un immense succès à sa sortie avec 2 192 000 spectateurs.


Source : legeneraliste.fr