Un film, un médecin

Le Toubib

Publié le 01/05/2013

Réalisation

Pierre Granier-Deferre

Année de réalisation

1979

Scénario

Pierre-Granier-Deferre, d’après le roman de Jean Freustié « Harmonie ou les horreurs de la guerre »

Dialogues

Pascal Jardin

Producteurs

Alain Delon, Alain Terzian

Musique

Philippe Sarde

Directeur de la photographie

Claude Renoir

Format et durée

Couleurs- 90 minutes

En DVD

Le film a été édité par FPE en séparé mais aussi dans un coffret de 16 films consacré à Alain Delon ( « Deux hommes dans la ville », «Le Clan des Siciliens », « Mort d’un pourri », « Flic Story », « Borsalino 2 »...).

Voir un extrait

Distribution

Alain Delon (Dr Jean-Marie Desprée)

Véronique Jannot (Harmony)

Bernard Giraudeau (François)

Francine Bergé (Marcia)

Michel Auclair (Le patron)

Catherine Lachens Zoa)

Bernard Le Coq (Jérôme)

Henri Attal (le soldat du convoi)

Jean-Pierre Bacri (le médecin anesthésiste)

L’histoire

Alors que la Troisième Guerre Mondiale fait rage, dans un pays d'Europe non déterminé, le personnel médical d'une antenne chirurgicale, située à l'arrière des lignes, vit en perpétuel état d'alerte. Taciturne et apparemment insensible, Jean-Marie Desprée, chirurgien talentueux brisé par la vie et le départ de sa femme, se consacre exclusivement à son travail et à ses malades. Un jour, il fait la connaissance d'une jeune infirmière idéaliste, Harmony. À son contact, il va reprendre goût à la vie...

Autour du film

– Le film fut tourné à proximité du village de la Malmaison dans l'Aisne. De nombreux habitants de ce village furent engagés comme figurants. Certaines scènes furent filmées dans les camps militaires de Sissone et Mourmelon. Fontenay-Saint-Père (Yvelines), Douchy (Loiret) furent les autres localités choisies pour les extérieurs du film.

– Le film bénéficia du soutien de l'armée française, qui fournit des prototypes et matériels qui n'étaient pas encore déployés.

– Alain Delon exigea de choisir sa partenaire féminine et son choix se porta sur Véronique Jannot, qui jusque-là n’avait fait carrière qu’à la télévision.

– Ce film est la troisième et dernière collaboration entre Pierre Granier-Deferre et Alain Delon après « La Veuve Couderc » en 1971 et « La Race des seigneurs » en 1973.

– Le roman de Jean Freustié dont est tiré le film se déroulait pendant la Deuxième Guerre mondiale.


Source : legeneraliste.fr