Le THM, promoteur de PR ?  Abonné

Publié le 11/01/2019

Si le tabac est le seul agent extérieur a avoir été corrélé de manière reproductible au risque de survenue d’une polyarthrite rhumatoïde (PR), le rôle des hormones sexuelles paraît possible puisque la PR est plus fréquente chez les femmes, avec un sex ratio de 3 pour 1. Cependant, la plupart des études ont apporté des résultats contradictoires concernant le traitement hormonal de la ménopause (THM). Une analyse de la grande cohorte française E3N relance le débat.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte