Le suicide d’un cadre de l’AP de Paris reconnu accident du travail

Publié le 13/07/2012

L'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a été contrainte de reconnaître jeudi que le suicide d'une cadre de l'hôpital Bichat en juillet 2008 était lié à ses conditions de travail, après un jugement du tribunal administratif de Paris. Cette femme de 33 ans, cadre d'un service de radiologie, avait mis fin à ses jours à son domicile le 1er juillet 2008, laissant une lettre dans laquelle elle expliquait son geste par ses conditions de travail. Le 16 mars 2010, une commission de l'AP-HP composée de représentants de l'employeur et du personnel, ainsi que de médecins avait émis un avis favorable à la reconnaissance de ce suicide comme accident de service. Mais le 16 septembre 2010, le directeur de l'hôpital s'y était opposé. La famille a donc saisi le tribunal administratif, soutenue par le syndicat SUD-Santé. Une représentante de ce syndicata expliqué à l’Agence France presse que cette cadre «avait accumulé 166 jours d'heures supplémentaires en un an alors que la norme pour un cadre c'est 220 heures par an» et «occupait les fonctions de trois autres personnes qui n'avaient pas été remplacées».


Source : legeneraliste.fr