Prescription

Le sport sur ordonnance ne décolle pas Abonné

Publié le 08/06/2018
Le sport sur ordonnance ne décolle pas

Photo lead (1re possibilité)
olly - stock.adobe.com

Depuis mars 2017, les généralistes peuvent prescrire de l’activité physique adaptée à leurs patients en affection longue durée (ALD). Les bénéfices du sport sur ces maladies chroniques sont reconnus. Pour autant, un an après son lancement, le sport sur ordonnance est en panne. Le manque de financement, le flou sur l’offre de sport adapté dans les territoires et l’insuffisante formation des médecins expliquent ce retard.

À la manière d’un coureur cycliste en pleine fringale à quelques encablures du sommet du Mont Ventoux, la prescription de sport sur ordonnance fait du sur-place. Inscrit dans la loi santé 2016, né officiellement avec la parution d’un décret d’application en mars 2017, le dispositif se heurte à plusieurs obstacles. Certes, le cadre réglementaire a permis la promotion du sport-santé et de multiplier les initiatives locales, comme à Strasbourg, Grenoble ou encore Biarritz. « On a aussi vu émerger des éducateurs d’activité physique adaptée (APA) qui se sont rapprochés des…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte