Franche-Comté

Le spectateur engagé  Abonné

Publié le 17/09/2010

Crédit photo : ©Phanie

Le chef de file des maisons de santé de Franche-Comté et ancien membre de la commission Legmann sur la médecine libérale ne s’est pas investi dans la campagne. Mais admet qu’il « regardera le résultat du scrutin de près ». Logique, puisque les « URPS seront demain, les interlocuteurs officiels des ARS ». Pour autant, selon le généraliste du Doubs, l’importance de la représentativité syndicale s’apparente désormais à un combat d’arrière-garde. « On a le sentiment que le combat syndical est aujourd’hui dominé par le corporatisme, le maintien des pré-carrés existants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte