Le SML, la voix des sans-voix  Abonné

Publié le 24/09/2010

• Son histoire

Le SML a été fondé ex nihilo en 1981 par des libéraux de la banlieue parisienne autour de Dinorino Cabrera qui est resté à la tête du syndicat jusqu’en 2008. Il a été reconnu représentatif des spécialistes en 1993, puis des généralistes l’année suivante ; dernier label perdu en 1997 puis retrouvé en 2002. En 1995, le SML s’oppose avec force au plan Juppé et participe aux grèves de 2002 avant, comme la CSMF, de se réconcilier avec la droite. En 2005, il signe la convention avec la CSMF et Alliance, puis ses avenants successifs.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte