Cinéma

Le silence est d’or  Abonné

Publié le 28/10/2011

Crédit photo : ©The Artist-Ionivo

De temps en temps le cinéma français étonne par sa singularité. Qui pouvait, il y a quelques années, prédire le triomphe mondial d’un petit film impressionniste autour d’une mignonne habitante de Montmartre (Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain) ? Et aujourd’hui, à l’heure d’Avatar et du cinéma à effets spéciaux en 3D stéréo, qui oserait se lancer dans un film muet et en noir et blanc ? C’est pourtant le pari qu’a relevé Michel Azanavicius, fort du succès de ses deux OSS 117 avec Jean Dujardin. Et c’est gagné !

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte