Le robinet des dépenses de santé se ferme  Abonné

Publié le 28/05/2010

Pas plus de 3 % par an d’augmentation pour les dépenses de santé : c’est la traduction pour la Cnam du tour de vis sur les dépenses publiques voulu par Nicolas Sarkozy (photo). Sauf que, depuis dix ans,

la croissance des dépenses de santé n’a jamais été sous ce seuil, ne serait-ce que pour des raisons d’évolution naturelle des besoins. Pour la CSMF, la conséquence coule de source : « Les mesures annoncées par le chef de l’État signent un revirement en faveur d’une application stricte de la maîtrise comptable, dans le droit fil

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte