Le retard pubertaire simple  Abonné

Publié le 13/03/2009

L’enjeu est de ne pas méconnaître une pathologie organique sans « pathologiser » une puberté différée. Le retard simple (30 % des cas) est évoqué sur la cohérence entre âge osseux, statural et stade pubertaire, les antécédents familiaux et un début de développement utérin à l’échographie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte