Le procès de la légionellose dans le Pas-de-Calais s’ouvre pour deux semaines

Publié le 09/12/2012

L’épidémie de légionellose sans précédent, qui avait fait 83 victimes, dont 14 morts, fin 2003-début 2004 dans le Pas-de-Calais, sera au centre d'un procès de dix jours qui s'ouvre lundi devant le tribunal correctionnel de Béthune. L'épidémie s'était propagée en deux vagues, de novembre 2003 à janvier 2004, dans l'ancien bassin minier lensois autour de l'usine pétrochimique Noroxo, à Harnes, démantelée depuis par son propriétaire, le groupe américain ExxonMobil.

Sur le banc des prévenus figurent la société Noroxo, son directeur général de l'époque et la société GE Water & Process Technologies, chargée du traitement de l'eau sur le site. Ils répondent d'homicides et blessures involontaires par non-respect d'une obligation de sécurité: un arrêté préfectoral du 17 décembre 2001 imposant à l'exploitant la fermeture du système de refroidissement en cas d'une concentration en bactéries légionelles supérieure à 100.000 Unités formant colonies par litre (UFC/l). Or, Noroxo -qui conteste la légalité de ce texte- avait privilégié la poursuite de l'activité et choisi un traitement biocide pour désinfecter ses deux tours aéroréfrigérantes, malgré des prélèvements révélant en octobre 2003 des concentrations plus de sept fois supérieures au seuil autorisé (730.000 UFC/l). Ce n'est que sur injonction de la préfecture que l'usine avait finalement fermé en décembre 2003 pour nettoyage des tours. Les audiences sont programmées tous les après-midi jusqu'au 21 décembre.


Source : legeneraliste.fr