Société

Le premier mariage homo sera célébré par une généraliste

Publié le 20/04/2013
Alors que l’Assemblée Nationale votera définitivement mardi le mariage entre personnes de même sexe, la première union homosexuelle devrait être célébrée cet été à Montpellier par une médecin généraliste. Le Dr Hélène Mandroux, maire de la ville, sera la première à marier deux hommes. Coïncidence : au même moment, pour la première fois, un syndicat de généralistes prend la défense de cette réforme de société.

La maire (PS) de Montpellier, la généraliste Hélène Mandroux célèbrera, «probablement fin juin, début juillet» la première union officielle homosexuelle en France. Depuis plusieurs années, celle qui succéda à Georges Frèche, après avoir exercé la médecine générale dans le quartier populaire de la Paillade de 1975 à 2006, s’est positionnée en défenseur des droits des homosexuels. Le 14 novembre 2009, elle avait lancé "l'Appel de Montpellier" devant la préfecture, pour l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. Puis le 5 février 2011, elle avait fait parler d’elle en célébrant un mariage homosexuel symbolique entre deux hommes.

A l'hôtel de ville, tout est prêt pour accueillir ce mariage entre Vincent Autin et son compagnon Bruno. Evènement médiatique, mais qui risque aussi de faire renaître la polémique. «Évidemment, les opposants seront là. Mais peut-être, ceux qui disent non, et ont le droit de dire non, comprendront-ils que la République l'emporte sur la violence», veut croire Le Dr Mandroux. Pour cette cérémonie qu'elle attend presque avec une certaine impatience, la maire de Montpellier a déjà une petite idée de ce qu’elle dira. «Je pense que le discours que je vais prononcer sera bien sûr un discours de coeur. Mais je veux faire comprendre que chaque homme et chaque femme a le droit de vivre». Montpellier a été élue en décembre ville «la plus friendly» par le magazine spécialisé Têtu. Le 1er juin elle organisera la deuxième plus importante "Marche des diversités Gay-Pride" de France, derrière Paris. Au niveau local, ce premier mariage homo pourrait aussi être pour la médecin généraliste une bonne occasion de se distinguer, alors même que sa candidature aux prochaines municipales de 2014 est contestée par certains au PS.

Le syndicat de la médecine générale intervient

Dans ce contexte polémique, pour la première fois une organisation de médecins généralistes est intervenue cette semaine dans le débat pour défendre cette réforme si controversée. Dans un communiqué, le Syndicat de la médecine générale (SMG), qui campe à la gauche de la profession, et que préside le Dr Didier Ménard, se prononce implicitement en faveur du mariage homo et de l’accès à la PMA pour ces couples. Et surtout, il s’insurge contre le climat actuel en France, jugé par lui homophobe. Pointant, les risques du statu quo et ses conséquences en matière de santé publique, le SMG s’interroge : «Comment s’étonner que les adolescents soient en meilleure santé physique et mentale aux Pays-Bas qu’en France ? Comment ne pas être en colère quand on sait que des jeunes gens se suicident en France à cause de leurs choix sexuels que personne ne veut reconnaître ? Que d’autres prennent des risques de maladies graves ou mortelles pour affirmer leur identité ? Que l’on tarde à découvrir des infections chez des jeunes qui n’ont pu parler à personne de leurs prises de risques ? Que l’on peut avoir besoin de chirurgie réparatrice pour avoir été battu parce qu’on a un mode de vie qui ne plaît pas à d’autres ?»

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr