Cardiologie

Le prasugrel au cœur de la cardiologie interventionnelle  Abonné

Publié le 22/10/2010
Le prasugrel, nouvel anti-agrégant plaquettaire, devient un acteur majeur dans la procédure de revascularisation percutanée des patients coronariens.

«Le thrombus coronaire est vivant » a indiqué le Pr Jean-Philippe Collet (hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris) lors du XII °congrès francophone de cardiologie interventionnelle. L’organisation du processus de thrombose suit une évolution dynamique. Au départ, le thrombus contient une majorité de plaquettes puis il s’organise en réseau de fibrine qui devient peu à peu inextricable. « Le contenu en fibrine est multiplié par deux toutes les deux heures et il est résistant à toute thrombolyse au bout de six heures » a précisé le spécialiste.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte