OPEPS

Le Parlement met les pieds dans le PSA  Abonné

Publié le 03/04/2009
Le rapport OPEPS préconise la généralisation du dépistage du cancer de la prostate et suggère à l’assurance-maladie d’inviter les bénéficiaires à réaliser un dosage du PSA total à cinquante ans.

Crédit photo : ©BURGER/PHANIE

Va-t-on vers un PSA annuel pour tous entre 50 et 70 ans ? Pas impossible. D’autant que preuve est faite que le dépistage réduit la mortalité par cancer de la prostate. « Nous évoluons vers la standardisation de la mesure du PSA. S’il est supérieur à 4 ng/ml, il faut en référer à l’urologue. Surtout, attention quand le PSA est bas ! il faut mesurer son évolutivité dans le temps. Il faut toujours comparer le PSA avec les valeurs antérieures. Au delà d’une augmentation de 0,75 ng/ml, il faut s’inquiéter !», explique le Pr Bernard Debré (urologue, hôpital Cochin).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte