Le Nom des gens  Abonné

Publié le 26/11/2010

Crédit photo : ©Crotto M

Le nom que nous portons pèse-t-il comme un boulet sur notre destinée ? S’appeler Arthur Martin (…comme les machines à laver ! ) est-il un handicap ? Et s’appeler Cohen ou Mohamed implique-t-il qu’on porte en soi toute l’horreur des déportations nazies ou de la « pacification » en Algérie ? Cette question des origines est au cœur du nouveau film de Michel Leclerc (… comme les supermarchés !). Arthur est d’origine juive par sa mère. Bahia est arabe par son père. Il est sérieux, pondéré, voire coincé. Elle est extravertie, fantasque, exhibitionniste.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte