Le NHS, première victime collatérale du Brexit ?

Publié le 24/06/2016
Farage

Farage
Crédit photo : Flickr / Gage Skidmore

Brandi à chaque occasion, c’était l’un des principaux arguments de campagne des partisans de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. En votant favorablement pour le Brexit, les Britanniques n’auraient plus à verser, chaque semaine, 350 millions de livres sterling à l’UE. La somme équivalent à près de 434 millions d’euros pourrait ainsi être redirigée vers le service public de santé (national health service), le NHS étant l’une des priorités de la population...

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)