Le malade doit toujours être averti des risques  Abonné

Publié le 11/06/2010

Selon la Cour de cassation, un médecin n’est jamais dispensé du devoir d’informer un patient des risques d’un traitement même en l’absence d’alternative. La Cour jugeait du cas d’un patient opéré d’une adénomectomie prostatique qui demandait réparation à son urologue pour ne pas l’avoir informé du risque d’impuissance.

La campagne de vaccination contre la grippe H1N1 aurait coûté entre 490 et 510 millions d’euros à l’État, y compris les dédommagements accordés aux laboratoires en raison des annulations de commandes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte