Le gouvernement a bouclé son PLFSS bis pour 2012

Publié le 11/11/2011

Le gouvernement a transmis jeudi 10 novembre son projet de loi de financement de rectificative de la Sécurité sociale pour 2012 aux caisses des différents régimes qui devront donc rendre un avis d’ici à son adoption par le conseil des ministres le 23 novembre. Ce PLFSS rectificatif dicté par la rigueur accélère l’échéancier de la réforme des retraites et comme prévu décrète 500 millions d’euros d’économies sur les dépenses d’assurance maladie.

Cette ponction visera en particulier les laboratoires pharmaceutiques qui subiront des baisses de prix de l’ordre de 290 millions d’euros portant pour l’essentiel sur les génériques. Il y a aura aussi des baisses de tarifs dans certaines spéicalités: radiologues et biologistes notamment, «eu égard aux gains de productivité et au niveau de revenu de ces professionnels de santé,» souligne un communiqué signé Bertrand (Santé), Pécresse (Budget) et Bachelot (Solidarités). Pour compléter le tout, une marge de 100 millions d’euros sera prélevée aussi sur le Fonds de modernisation des établissements publics de santé. Et l’objectif du médico-social se voit rogner de 20 millions d’euros.

Commentant, cette nouvelle facture, le Leem (Les entreprises du médicament) dénonce «des mesures inéquitables, illisibles,court-termistes et anti-industrielles.» Il se plaint d’une «nouvelle sanction qui s’ajoute à une série de mesures récentes extrêmement pénalisantes pour l’activité et le développement des entreprises du secteur (...) alors même que le médicament ne compte que pour 18% dans la dépense totale de santé.»

Pour sa part, le gouvernement justifie ces nouvelles mesures par la révision des hypothèses de croissance de la masse salariale, principale source de recettes pour la Sécu et souligne que d’ailleurs, elles ne permettront que de diminuer «légèrement» le déficit du régime général. Néanmoins, le communiqué des trois ministres rappelle l’objectif volontariste du gouvernement : « diviser par deux le déficit de l’assurance maladie entre 2010 et 2012.»


Source : legeneraliste.fr