Le goût du danger  Abonné

Publié le 23/04/2010

D’autres comportements à risque plus fréquents chez l’homme que chez la femme, comme la consommation d’alcool, le tabagisme et le goût de la vitesse sont responsables de la surmortalité (3,6) du sexe prétendument « dit fort »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte