Prix de l’investissement humanitaire

Le Dr Aude Humeau-Commin au secours des patients désocialisés

Publié le 12/09/2014

Crédit photo : Garo/phanie

Pas besoin de partir à l’étranger pour s’engager dans l’humanitaire ! C’est au cœur même de la ville de Tours, au sein du cabinet médical du CASOUS, que le Dr Aude Humeau-Commin propose des soins gratuits aux personnes en précarité. Des patients pour les trois quarts d’origine étrangère (demandeurs d’asile et sans papiers pour la plupart) qui ne bénéficient qu’une fois sur deux d’une couverture sociale.

Pour effectuer ce travail de Titan – plus de 700 consultations de médecine générale par an sont délivrées par ce cabinet pas comme les autres – la généraliste n’est heureusement pas seule. Épaulée par deux infirmiers qui s’occupent des maraudes de jour – « Ce sont mes yeux et mes oreilles », dit-elle – elle est aussi relayée par un cercle de bénévoles (généralistes, spécialistes, paramédicaux). Son pari ? Offrir aux patients « le même service que s’ils payaient ».

Au-delà des consultations classiques, l’accent est mis sur la prévention, en particulier le dépistage de la tuberculose et les frottis. En plus du soin, les patients bénéficient également d’une assistance pour les aider à accomplir les démarches administratives : « Notre pratique professionnelle prend le patient dans sa globalité médicale et sociale ». Le but ultime de l’action menée par le Dr Aude Humeau-Commin est, en effet, d’atteindre les patients désocialisés et les aider à se réinsérer. C’est lorsqu’elle était interne à l’hôpital de Bobigny qu’elle a été confrontée pour la première fois à la précarité : « Je me suis pris alors une claque », se souvient-elle.

Aujourd’hui elle s’enrichit de jour en jour des nouvelles rencontres faites en consultation : « la personne la plus courageuse n’est pas celle qui a le stéthoscope », assure-t-elle.

Installée à Tours (Indre-et-Loire)

L’humanitaire, vocation du Dr Jean-Claude Armand (Fleury-sur-Orne, Calvados). Ce généraliste du Calvados a réalisé plusieurs missions à l’étranger : au Bénin et à Madagascar, au Cambodge et en Inde. La dernière l’ayant amené en janvier à Pondichéry. Dans ces pays, il a effectué des consultations de médecine générale dans des villages et des orphelinats. Il a également mis en place des actions d’éducation à la santé.

 

Le combat pour les orphelins de Madagascar du Dr Pierre Branquart (Fressin, Pas-de-Calais). Ce médecin généraliste a créé en 2001 l’association Avotra-France qui soutient un orphelinat de Madagascar, à Antananarivo. Des médecins bénévoles interviennent dans les dispensaires de l’orphelinat. Des compléments alimentaires sont collectés en France et délivrés sur l’île afin de lutter contre la dénutrition.

Voir la vidéo de la remise du Prix  de l'investissement humanitaire


Source : Le Généraliste: 2690