Si « Le Généraliste » était paru en 1899

Le Dr Alcide Treille, la bicyclette et la quinine

Par
Publié le 04/02/2017
Histoire

Histoire

L’une des personnalités les plus curieuses – la plus curieuse peut-être - que les dernières élections sénatoriales aient envoyée au palais du Luxembourg, c’est le docteur Alcide Treille, président du Véloce-Club d’Alger, élu sénateur de Constantine.

Avant d’être le tombeur du parti des Bertagna et autres phosphatiers, le docteur Treille était célèbre non seulement dans toute l’Algérie, mais encore dans tout le monde scientifique pour la guerre acharnée qu’il faisait et qu’il fait encore à la quinine, déniant à ce produit pharmaceutique des qualités que, depuis Maillot, son propagateur, on lui reconnaît entre les fièvres.

D’après le docteur Treille, la quinine n’est efficace que contre une sorte de fièvre et cette conviction lui tenait tellement à cœur qu’en pleine tournée électorale, il s’esquivait pour aller à un congrès autrichien ou allemand fulminer contre la « drogue assassine ».

Toujours et toujours à bicyclette, le docteur Treille est adoré dans les moindres recoins d’Algérie ; il lança, il y a deux ans, un défi resté fameux : 100 kilomètres à bicyclette, suivi d’une conférence d’une heure sans tousser, ni cracher, ni boire.

Pas un orateur ne releva le défi de l’intrépide docteur.

Président du Véloce-Club d’Alger, M. Treille dirige toutes les excursions et sorties du club et ne manque jamais l’occasion de pédaler avec sa société.

Le nouveau sénateur de Constantine fut élu député d’Alger aux élections de 1889, mais ne se représenta pas à celles de 1893. Il fait donc sa rentrée dans le monde politique et les cyclistes peuvent être assurés d’avoir un vaillant - et éloquent - défenseur de leurs intérêts au Luxembourg.

« La bicyclette, a déclaré en effet le docteur Treille, a sauvé et sauvera heureusement plus de personnes que n’en tuera la quinine ! »

(« Vélo médical », 1898)


Source : legeneraliste.fr