Le dilemme des polypes  Abonné

Publié le 03/04/2009
Les polypes de moins de 5 mm peuvent ne pas être analysés sans faire courir de risques aux patients. Les rythmes de surveillance doivent être clarifiés

Avec le dépistage de masse du cancer colorectal et la grande fréquence des polypes après 65 ans, les coloscopies sont appelées à augmenter. Est-il possible de ne pas faire d’analyse de polypes sans faire peser de risques sur les patients ? C’est la question à laquelle a réfléchi le Dr Bernard Denis (Colmar). « L’examen anatomo-pathologique est une charge importante pour le pathologiste Elle n’est intéressante que si elle change la prise en charge, le traitement ou le rythme de la surveillance » a-t-il mentionné en préambule.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte