Le dilemme des polypes  Abonné

Publié le 03/04/2009
Les polypes de moins de 5 mm peuvent ne pas être analysés sans faire courir de risques aux patients. Les rythmes de surveillance doivent être clarifiés.

Crédit photo : ©APHP-PSL/PHANIE

Avec le dépistage de masse du cancer colorectal et la grande fréquence des polypes après 65 ans, les coloscopies sont appelées à augmenter. Est-il possible de ne pas faire d’analyse de polypes sans faire peser de risques sur les patients ? C’est la question à laquelle a réfléchi le Dr Bernard Denis (Colmar). « L’examen anatomo-pathologique est une charge importante pour le pathologiste Elle n’est intéressante que si elle change la prise en charge, le traitement ou le rythme de la surveillance », a-t-il mentionné en préambule.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte