Le dernier voyage en Suisse de la vice-présidente de l’ADMD relance le débat sur l’euthanasie

Publié le 19/08/2014

Nicole Boucheton, vice présidente de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) et atteinte d'un cancer en phase terminale est décédée en Suisse par suicide assisté le jeudi 7 août. Dans un texte posthume publié intitulé "Vous avez dit liberté" sur son blog hébergé par Mediapart, elle s’explique sur sa décision : "Je suis atteinte d'un cancer du rectum. Lors du diagnostic, le seul traitement curatif était chimio, tomo-thérapie puis chirurgie : colostomie. J'ai refusé la chirurgie car trop mutilante : l'anus artificiel qui me condamnait à une vie dans des conditions que je juge, pour moi-même, dégradées et inacceptables", écrit-elle. "Alors j'ai pris contact avec une association suisse afin d'y pouvoir faire un autre choix, celui d'un départ rapide puisque ma seule issue était la mort", poursuit Nicole Boucheton. "Cela demande beaucoup d'argent : la prise en charge elle-même, le voyage, l'hébergement sur place lorsque l'on vient de loin (...)

Dans le même texte, l’ex-vice-présidente de l’ADMD regrette aussi que François Hollande n’ait pas tenu l’engagement 21 de sa plateforme de campagne, qui, selon elle, "s'enlise dans la mise en place de missions et rapports successifs. J'aurais aimé en profiter et ne pas avoir à m'exiler en Suisse," ajoute-telle.

D'après les chiffres de Dignitas, une des principales associations suisses d'assistance au suicide, 1701 personnes ont été ainsi "accompagnées" entre 1998 et 2013 , parmi lesquelles 159 Français (10,63%). Après le procès Bonnemaison, l’affaire relance le débat sur la légalisation de l’euthanasie en France. Elle se double d’une polémique entre l’ADMD et le journal Ouest-France. Le quotidien régional ayant refusé de publier tel quel un avis de décès mentionnant la "contrainte de s'exiler en Suisse, pays humaniste, pour y mourir selon sa volonté".


Source : legeneraliste.fr