Dépression du post-partum

Le degré de sévérité à la clé de la prise en charge  Abonné

Publié le 10/06/2011

Crédit photo : ©VOISIN/PHANIE

Dans les dépressions post-partum, qu’elles soient mineures ou majeures, la question n’est pas de savoir s’il faut traiter ces femmes en souffrance mais quand, comment et pourquoi. Écoute, psychothérapie ou psychotropes, la prise en charge sera différente selon les cas et le degré de sévérité de la pathologie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte