Le coronavirus MERS plus dangereux que le SRAS

Publié le 26/07/2013

Le nouveau coronavirus MERS apparu en 2012 au Moyen-Orient est moins infectieux mais plus dangereux que le virus du SRAS, selon un étude publiée vendredi conduite par des scientifiques britanniques et saoudiens. Publiée dansThe Lancet, elle a passé en revue 47 cas d'infections confirmées par le MERS en Arabie Saoudite. "Bien qu'il partage des similitudes cliniques avec le SRAS (fièvre, toux, période d'incubation), le virus MERS a des différences importantes comme l'évolution rapide vers l'insuffisance respiratoire" explique le Pr Ziad Memish, vice-ministre de la Santé en Arabie Saoudite qui a dirigé la recherche. Le virus du SRAS qui a touché un peu plus de 8.000 personnes, était beaucoup plus infectieux, avec une transmission plus importante dans les établissements de santé et parmi la population jeune, rappelle l'étude. Le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) tend, lui, à toucher des personnes âgées, préférentiellement des hommes, dont une grande majorité (96%) atteinte d'une ou de plusieurs maladies chroniques: diabète (68%), insuffisance rénale (49%), hypertension (34%) et maladie du coeur (28%). 60% des personnes souffrant d'un maladie chronique ayant été infectées par le MERS, sont morts, selon l'étude. Ce nouveau virus, dit du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle East Respiratory Syndrome, MERS) appartient à la même famille que celui responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) qui avait infecté plus de 8.000 personnes en 2003. Jusqu'à présent, 45 personnes sont mortes sur un total de 90 cas confirmés d'infections par le MERS.


Source : legeneraliste.fr