Le cancer à la portée d’une goutte de sang  Abonné

Publié le 13/11/2009

Crédit photo : ©ALFRED PASIEKA/SPL/PHANIE

La détection précoce d’un cancer du poumon ou du sein par un examen sanguin commence à devenir réalité. Les chercheurs de la société de biotech Genclis ont découvert qu’il existe une infidélité de transcription de l’ADN en ARN, un phénomène aboutissant à la formation de protéines « infidèles » (Transcription infidelity Protein ou TIP) dans les cellules cancéreuses. Les chercheurs sont partis du principe qu’il existait une réaction immunitaire et ont imaginé un test de détection des Ig G. Dans le cancer du poumon, la sensibilité est de 87 % et la spécificité de 95 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte