Le « burn out »: mythe ou réalité ?  Abonné

Publié le 01/06/2012

Si nous admettons que le « burn out » est pour l’essentiel une perte du plaisir à exercer ou pire une souffrance à le faire, pour ce qui nous préoccupe ici – l’exercice de la médecine – nous sommes amené à prendre une posture élémentaire de la philosophie, à savoir interroger la notion de plaisir. Selon Platon, il existe un chaînage entre aimer et le plaisir de combler un manque. Est-ce imaginable de considérer que l’absence du manque pour un sujet — ici le médecin — se limiterait au seul champ de sa fonction ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte