Le bouche-à-bouche passé de mode  Abonné

Publié le 18/05/2012

« Le bouche-à-bouche ne doit plus être enseigné au grand public, insiste le Pr Étienne Aliot (Nancy). C’est un obstacle supplémentaire à la prise en charge, sauf peut-être chez l’enfant. » Il ne s’envisage qu’après 5 à10 minutes de réanimation et en cas d’intervention de médecins ou de personnes formées. Il est bien plus important de faire correctement le massage cardiaque externe, soit avec une dépression de 5 cm, à raison de 100 par minutes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte