CARMF

Le boom du cumul emploi-retraite chez les médecins !

Publié le 15/02/2011
Les dernières données que la CARMF vient de rendre publiques, montrent que les pensions des médecins ont stagné l’an dernier. Dans le même temps, la possibilité de cumuler emploi et pensions a connu un vif succès chez les nouveaux retraités, en particulier les généralistes, plus nombreux à opter pour cette nouvelle possibilité. Mais les vétérans qui jouent les prolongations ne sont pas forcément là où on en a le plus besoin.

Crédit photo : ©PHANIE

Le montant des pensions des médecins libéraux a fait quasiment du surplace en 2010. Ainsi pour le dernier trimestre de l’année, les 40 760 médecins retraités ont touché en moyenne 2 572,03 euros par mois contre 2 555 euros l’année précédente, soit une très modeste hausse de 0,66 %. Les pensions de réversion ne sont pas mieux loties : les 17 637 veufs et veuves de médecins touchent en moyenne 1 148 euros mensuels.

Ce qui ne bouge pas non plus, c’est la composition de la retraite des médecins : 19 % pour le régime de base, 42 % pour la complémentaire et 39 % pour l’ASV. Il est à noter que le régime complémentaire, à l’inverse de l’ASV qui est au bord de la cessation de paiement, affiche une insolente bonne santé. Il a dégagé un résultat bénéficiaire de 627 millions d’euros en 2009 investis en titres financiers et dans l’immobilier. Ces réserves correspondent maintenant à six ans et trois mois de prestations. On comprend pourquoi la CARMF envisage de maintenir l’âge du taux plein à 65 ans pour le régime complémentaire au lieu de 67 ans pour le régime de base.

L’année 2010 a également vu le boom du dispositif de cumul emploi et retraite qui est désormais complètement déplafonné. Au 1er janvier 2011, ils étaient 4 457 praticiens à avoir choisi cette possibilité contre 2 939 un an plus tôt et 1 814 deux ans auparavant. Néanmoins, la CARMF note que dans 72 % des cas, le « cumulard » perçoit une retraite supérieure à la moyenne : « c’est donc davantage par choix que par nécessité que les retraités choisissent le cumul ». Ceux-ci se concentrent essentiellement en région parisienne et en PACA, alors que ces deux régions ne souffrent pas de pénurie démographique. Un constat géographique qui va decevoir Xavier Bertrand qui compte beaucoup sur ce dispositif pour permettre de faire le joint jusqu’à ce que la nouvelle génération de médecins, d’après le relèvement du numerus clausus, arrive sur le marché.

La répartition par sexe des cumulards est la même que pour la population retraitée et ils ne sont que 8,7 % à exercer ce cumul avant 65 ans. Enfin la spécialité de médecine générale demeure la plus exercée par les médecins en cumul avec 1 445 praticiens, soit plus des trois quarts des «cumulards».

Enfin, à noter que 1 861 médecins ont touché des IJ en 2009. « Les affections cancéreuses demeurent la principale cause d’arrêt de travail des médecins et sont en forte augmentation entre 2007 et 2009 » commente la CARMF. Les cancers représentent 34 % des arrêts, suivis des pathologies psychiatriques (17 %), des traumatismes (10 %) et des affections cardio-vasculaires (9 %). En revanche, les invalidités définitives (757 médecins en 2009) sont d’abord causées par les affections psychiatriques (40 %) loin devant les cancers (11 %), les maladies du système nerveux (14 %) et cardiovasculaires (11 %). En outre, 248 médecins sont décédés prématurément avant d’avoir atteint l’âge de la retraite entre juillet 2009 et juin 2010.

Véronique Hunsinger

Source : legeneraliste.fr