Le biberon préféré au sein... par les mamans !

Publié le 07/10/2014

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Seuls 21% des nourrissons français sont nourris au sein de façon exclusive ou prédominante à l’âge de 3 mois alors que le Programme national nutrition santé (PNNS) recommande l’allaitement maternel « de façon exclusive jusqu’à 6 mois, et au moins jusqu’à 4 mois pour un bénéfice santé ». C’est la conclusion de l’étude nationale Epifane publiée ce jour dans le BEH (Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire).

Cette étude a porté sur un échantillon aléatoire de 3368 enfants, nés au cours du premier trimestre 2012, dans 136 maternités tirées au sort en France métropolitaine. Les mères étaient interrogées à la maternité ainsi qu’à 1 mois, 4 mois, 8 mois et 12 mois après la naissance. A la maternité, 81 % des mères ont accepté de participer à l’étude, et 83 % d’entre elles ont été suivies jusqu’à 12 mois. Plus des deux-tiers des nourrissons (69%) recevaient du lait maternel à la maternité (60% de façon exclusive, 9% en association avec des formules lactées). Dès l’âge de 1 mois, ils n’étaient plus que la moitié (54%) à être allaités, et seulement 35% de façon exclusive. Au final, près de 40 % des nourrissons étaient encore allaités à 3 mois, mais seulement 21 % de façon exclusive ou prédominante (sans complément de biberons de préparations pour nourrissons du commerce). A 6 mois, 23 % des enfants étaient encore allaités, et à un an, seuls 9 % l’étaient toujours.

Les taux d’allaitement maternel variaient selon l’âge, le statut marital, le niveau d’études, le lieu de naissance, l’indice de masse corporelle et le tabagisme pendant la grossesse. De plus, la participation à des séances de préparation à l’accouchement, un contact peau à peau suivant la naissance et une perception positive de l’allaitement maternel par le conjoint étaient des facteurs favorisant sa pratique à la maternité et à 1 mois.

La France serait dans le peloton de queue au regard du taux d’allaitement maternel à 6 mois en Europe. Ils variaient de 33 % aux Pays-Bas en 2003, à 82 % en Norvège en 2007. La France serait non seulement l’un des pays d’Europe où le taux d’initiation de l’allaitement maternel à la naissance est l’un des plus bas, mais également l’un des pays où les mères qui choisissent d’allaiter leur enfant le font le moins longtemps.


Source : legeneraliste.fr