L’avis du Dr Philippe Nicot*  Abonné

Publié le 17/12/2010

Crédit photo : ©DR

« Les populations incluses dans les études correspondent mal à la médecine de soins primaires. En pratique, il faut distinguer les patientes fracturées des patientes non fracturées, et ne pas poser un excès d’indications de la DMO. Étant donné les enjeux commerciaux, il y a une incitation permanente à faire du dépistage précoce et rien ne permet de dire que toutes les patientes présentant une ostéoporose vont faire des fractures. Le rôle du médecin généraliste se situe très en amont, en incitant les patientes à avoir une activité physique et un bon apport vitamino-calcique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte