L’avis du Dr Chantal Wood*  Abonné

Publié le 01/10/2010

« Chez l’enfant, mais aussi, c’est une réalité, pour tout patient, l’hypnose et la relaxation sont utiles aux traitements médicamenteux. Il est désormais démontré que si on est persuadé qu’on va avoir mal ou peur de se rendre à l’hôpital pour diverses raisons, même sous antalgiques, on peut empêcher malgré soi les mécanismes physiologiques d’inhibition de la douleur et donc souffrir. Nos attentes négatives peuvent même inhiber l’efficacité des antalgiques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte