Edito

L’art d’être patient

Publié le 15/12/2017
Edito

Edito

Et vous, que retiendrez-vous de 2017 ? Les revalorisations tarifaires qui ont émaillé l’année, le C à 25 euros le 1er mai – ça faisait si longtemps que vous l’attendiez –, la possibilité de devenir le médecin traitant des enfants et de toucher à ce titre la ROSP, ou l’entrée en vigueur des consultations complexes (46 euros) et très complexes (60 euros), si bien nommées que pas grand monde ne les applique ? Ou bien avez-vous été marqué par l’actualité politique, avec l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Élysée ? Ou fêté le départ de Marisol Touraine du ministère de la Santé – ça faisait si longtemps que vous l’attendiez – et salué l’arrivée de votre consœur le Pr Agnès Buzyn ? Peut-être avez-vous poussé un ouf de soulagement en apprenant la suppression du tiers payant obligatoire – ça faisait si longtemps que vous l’attendiez ? À moins que vous n’ayez été sensible à la campagne des internes pour lutter contre le harcèlement et le sexisme pendant les études ?

L’année qui s’achève a aussi été le théâtre des premiers combats de votre nouvelle ministre : extension de l’obligation à 11 vaccins pour les nouveau-nés, passage du prix du paquet de cigarettes à 10 euros à l’horizon 2020, début des discussions pour un reste à charge zéro sur l’optique, le dentaire et l’audioprothèse. Cette année, nous ont aussi quittés deux anciens ministres de la Santé emblématiques, Simone Veil et Jack Ralite, si différents et pourtant tous deux si fermement attachés aux droits des patients.

Quinze ans après la loi Kouchner sur le droit des malades, 2017 n’a-t-elle pas surtout été l’année des usagers, qui ont réussi à faire entendre leur voix lors des diverses affaires liées aux médicaments, qu’il s’agisse du Dépakine, du Levothyrox ou d’Essure ? Leur mobilisation sans précédent sur les réseaux sociaux a permis aux associations de gagner l’oreille des autorités sanitaires et de devenir un contre-pouvoir (lire notre dossier, pages 18 à 22). Médecins comme malades, finalement tout arrive à qui sait se montrer patient.


Source : Le Généraliste: 2817