Hypertension artérielle

L’aliskiren agit favorablement sur le risque CV résiduel  Abonné

Publié le 24/09/2010
Le risque de morbi-mortalité cardiovasculaire résiduel entre en compte dans le choix d’une molécule antihypertensive.

Crédit photo : ©SATURN STILLS/SPL/PHANIE

Le blocage du système rénine-angiotensine (SRA) par les inhibiteurs de l’enzyme de conversion et les antagonistes des récepteurs à l’angiotensine II n’est pas complet, ce qui pourrait expliquer la limitation de leur effet protecteur sur les organes cibles. L’aliskiren (Rasilez®), première molécule de la classe des inhibiteurs directs de la rénine présente à ce titre des avantages qui permettent d’espérer, au-delà de son efficacité sur les chiffres de la PA, de meilleurs résultats sur les organes cibles.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte